Aller + loin

Connaissez-vous le surnom provençal des habitants de votre ville ?

5 0
Read Time:9 Minute, 15 Second

Adessias en tóutei!!
Avec cet article, vous allez découvrir les surnoms des habitants de votre ville ou village en provençal. Cela a été un long travail que de récupérer et classer tous ces noms. Il y a une chose importante que je veux vous dire par rapport à cet article :
Je le vois comme un projet collaboratif où chacun(e) de vous va pouvoir, par l’intermédiaire des commentaires en bas de page, apporter sa connaissance des surnoms et des raisons pour lesquelles on a appelé les habitants de telle ville de telle façon. Donc, vraiment, n’hésitez pas à intervenir dans les commentaires (de manière cordiale et constructive bien sûr) pour signaler une erreur, faire une suggestion, ajouter des surnoms ou nous donner une explication, une raison à un surnom en particulier.
Même si je ne les connais pas personnellement, j’aimerais remercier les personnes qui, sur Internet, ont déjà fait ce travail de collecte et m’ont permis de vous présenter cette liste de départ. J’espère que cela vous plaira et je vous souhaite une bonne lecture !! 😉

04 – Alpes de Haute-Provence

Barcelonnette : lei manjo-fege (les mangeurs de foies)
Dauphin : leis entubassa (les enfumés) car le village est cerné par des ruisseaux, ce qui provoque régulièrement une brume matinale, un brouillard qui s’accroche à son sommet, d’où ce surnom {gramaci à Mireille}
Demandolx : lei sauto-clapié (ceux qui sautent les tas de pierres)
Forcalquier : lei grato-papié (les gratte-papiers)
Mane : lei manjo-chin (les mangeurs de chiens)
Pierrevert : lei manjo-granouio (les mangeurs de grenouilles)
Soleilhas : lei manjo-sorbo (les mange-sorbes) en provençal la « sorbo » est la corme, fruit du cormier (que vous pouvez retrouver dans mon article sur les 13 desserts)

05 – Hautes Alpes

Arvieux : lei basan ou basano (au féminin) « basano » désigne en provençal une basane, c-a-d une peau de mouton tannée, utilisée surtout pour la doublure des chaussures. D’après le Trésor du Félibrige, les habitant(e)s étaient nommé(e)s ainsi à cause des tanneries de cuir qui s’y trouvaient.
Rėotier : lei picato-praire (les tombeurs de curés)

06 – Alpes Maritimes

Antibes : lei nego-evesque (les noyeurs d’évêques)
Cannes : lei manjo-sablo (les mangeurs de sable)
Châteauneuf-Grasse : lei messuguié (ceux qui habitent dans les « messugues » c-a-d les cistes)
Colomars : lei manjo-cebo en provençal et lei manja-cèba en nissart (les mange-oignons)
Grasse : lei manjo-fassum (les mange-fassum) le fassum est une spécialité de chou farci
Nice : lei cago-bledo en provençal et lei caga blea en nissart (les chieurs de blettes)
Pégomas : leis enrauma dóu nas (les enrhumés du nez)
Peymeinade : lei manjo-bajaino (les mange-bajaïne) les « bajaino » en provençal désignent une variété d’escargots
Saint-Martin-Vésubie : li tòtchi (les niais)
Villefranche-sur-Mer : lei suço-carròbi en provençal et lei suça carouba en nissart (les suce-caroubes)
Villeneuve-Loubet : lei granouié (le mot « granouio » en provençal désigne la grenouille, le mot « granouié » a donc sûrement un rapport avec les grenouilles mais je ne sais pas lequel)

13 – Bouches-du-Rhône

Berre l’Etang : lei long coui (les longs cous)
Boulbon : lei sauto-crapaud (les saute-crapauds)
Cabannes : lei manjo-fricasso (les mangeurs de fricassée)
Châteaurenard : lei manjo-cèbo (les mange-oignons)
Eguilles : lei manjo-biòu (les mangeurs de boeuf)
Eygalières : lei quiéu-blanc (les culs blancs)
Eyragues : lei manjo-gàrri (les mangeurs de rats)
Fontvieille : lei rebroussié (ceux qui sont toujours à l’opposé des autres, revêches)
Graveson : leis embouligo de bos (les nombrils en bois)
Lançon de Provence : lei manjo-mourgueto (les mangeurs d’escargots)
Maillane : lei dansaire (les danseurs)
Maussane les Alpilles : lei foui (les fous)
Mollégès : lei manjo-granouio (les mangeurs de grenouilles)
Noves : lei manjo-favo (les mange-fèves)
Paradou : lei badau (les badauds)
Saint-Rémy-de-Provence : lei sauto-rigolo (les saute-rigoles)
Salon-de-Provence : lei grincho (les escrocs)
Tarascon : lei badau (les badauds)
Trets : lei bassaquets (les petits hommes) pour « bassaquet » le Trésor du Félibrige donne comme traduction soit prune bosselée soit petit homme

30 – Gard

Alès : lei manjo-tripo (Les mangeurs de tripes)
Aramon : lei raubo-nega (les voleurs de noyés ?)
Beauvoisin : lei grosso tèsto (les grosses têtes)
Bellegarde : li manjo-canard (mangeurs de canards) VO lei manjo-cacalausoun (mangeurs de petits limaçons)
Fourques : lei manjo cacalousoun (les mangeurs de petits limaçons)
Manduel : lei manjo-bourro (les mangeurs de bourre)
Montfrin : lei manjo-gòbi (les mangeurs de goujons)
Nîmes : lei manjo-merlusso (les mangeurs de morue)
Uzès : lei manjo-meleto (les mangeurs d’omelettes)
Vallabrègues : lei mamaï (les mamaï) Aucune idée de ce que cela veut dire
Vauvert : lei raubo-vesso (les voleurs de vesces)

83 – Var

Bargemon : lei manjo-bardoto (les mangeurs de boudins)
Barjols : lei brulo-magnin en provençal « magnin » désigne les chaudronniers ou ferblantiers ambulants
Le Beausset : lei gueto devessado ( les guêtres à l’envers). Les Beaussétans sont connus depuis des lustres sous le sobriquet de guèto-devessado. Peut-être avaient-ils la réputation d’être mal fagotés ! En provençal, ébriété se dit familièrement « guèto » : seca sa guèto signifie cuver son vin. Les beaussétans aimaient-ils le vin au point de mettre leurs guêtres à l’envers ? Carga sa guèto : se griser, si devessa : tomber à la renverse. {gramaci à Anìo}
Bras : lei manjo-bourrido (les mange-bourride) la bourride est un mets provençal à base de poisson OU un potage trop liquide
Brue-Auriac : lei recampa (selon le Trésor du Félibrige « recampa » désigne celui qui est nouvellement établi dans le pays, un habitant venu du dehors)
Belgentier : lei embouligo roujo (les nombrils rouges)
Bormes-les-Mimosas : lei brulo-ped (les brûleurs de pied)
Cabasse : lei manjo-broussin (les mange-broussin) le broussin est un fromage fermenté au goût très fort
La Cadière d’Azur : lei cantounié (les cantonniers)
La Crau : lei manjo mousco (les mangeurs de mouches)
Collobrières : lei moufu (ceux qui sont couverts de mousse)
Correns : lei pesco-luno (les pêcheurs de lune)
Cotignac : lei manjo-cardello (les mange-laiterons) le laiteron est une plante apprécié des lapins
Cuers : lei brulo fremo (les brûleurs de femmes, de sorcières)
La Farlède : lei rascous (les teigneux)
Fox-Amphoux : lei tucle (les imbéciles) OU lei desturba (les « dérangés »)
La Garde : lei manjo-granouio (les mangeurs de grenouilles) OU leis escracho cebo (les écraseurs d’oignons)
La Garde-Freinet : lei tèsto negro (les têtes noires)
Gassin : lei masco (les sorcières)
Gonfaron : fan voula leis ai (ils font voler les ânes)
Hyères : lei fege blanc (les foies blancs) OU lei manjo-frago (les mangeurs de fraises)
La Londe-les-Maures : lei toupino (sorte de pot ou de jarre)
Le Luc : lei devinaire (les devins)
La Martre : lei manjo saumo (les mangeurs d’ânesses)
La Môle : leis acata (les sournois)
Montmeyan : lei trousso-cebo (les trousse-oignons)
Le Muy : lei cambo de cassolo (les jambes de « cassole ») « la cassolo » peut vouloir dire en provençal soit une sorte de terrine soit l’auget d’un moulin à farine qui reçoit le grain de la trémie
Néoules : lei pesco-chàmbri ei benitié (les pêcheurs d’écrevisses dans les bénitiers)
Le Pradet : lei manjo-messugo (les mangeurs de ciste)
Puget-sur-Argens : lei manjo-limbert (les mangeurs de lézard vert)
Le Revest-les-Eaux : lei masco (les sorcières)
Roquebrune-sur-Argens : lei sauto-messugo (les saute-ciste) le ciste est un arbuste commun de notre région
La Roquebrussanne : lei sourcié (les sourciers)
Sainte-Maxime : lei magnòti (les moineaux)
La Seyne-sur-Mer : lei brulo bano (les brûleurs de cornes)
Signes : leis estranglo-evesque (les étrangleurs d’évêques)
Tavernes : lei « mi nègui » (les « je me noie »)
Le Thoronet : lei manjo-perus (les mangeurs de poires sauvages)
Toulon : lei manjo-póupre (les mangeurs de poulpes) OU lei mocò. D’après Thierry de Toulon (que je remercie pour ce rajout) : « en tant que Toulonnais, j’ai toujours entendu dire que les Toulonnais étaient surnommés les mocos. En effet, sur le marché du cours Lafayette, les revendeurs ou revendeuses après vous avoir servi vous disait: em’aco? Ensuite une autre version disait que la manie des Toulonnais était de toujours dire: es com’aco. Les déformations de prononciation ont amené à : es com’oco. Voilà! j’ai pas de preuve, juste des esgourdes. »
La Valette-du-Var : lei raubo sarraio (les voleurs de serrures)
Le Val : lei grosso tèsto (les grosses têtes)
La Verdière : lei manjo tripo pas lavado (les mangeurs de tripes pas lavées)
Vidauban : leis estubaire (les enfumeurs)

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   15 citations inspirantes en provençal

84 – Vaucluse

Avignon : lei petachoun (les peureux)
Aubignan : leis alabardié (les hallebardiers)
Beaumes-de-Venise : lei manjo-pan-quand-n’an (les mangeurs de pain lorsqu’ils en ont)
Bédarrides : lei rendié (les rentiers)
Bédoin : lei toupinié (les fabricants de toupin) « lou toupin » en provençal est une sorte de marmite ou de pot à une anse
Bollène : lei biai (les obliques , les inconstants)
Bonnieux : lei micalet (nom donné aux royalistes du sud)
Caderousse : leis aliscaire (les flateurs)
Cairanne : leis afrountous (les téméraires)
Caromb : lei fricasso-cebo (les fricasseurs d’oignons)
Carpentras : lei manjo-tian (les mange-tian)
Caseneuve : lei manjo-pijoun (les mangeurs de pigeons)
Châteauneuf-du-Pape : lei cigalié (les cigaliers)
Cheval-Blanc : lei grosso tèsto (les grosses têtes)
Crillon-le-Brave : lei manjo-bòchi (les mangeurs de boucs)
Cucuron : lei devinaire (les devins)
Entraigues-sur-la-Sorgue : li pesco-bouiroun ( les pêcheurs de mauvais poissons)
Faucon : lei badau (les badauds)
Fontaine-de-Vaucluse : lei patiaire (les chiffonniers, les fripiers)
Goult : lei gus (les gueux, les mendiants)
Grambois : li manjo-limaço (les mange-limaces)
Jonquières : lei granouié (le mot « granouio » en provençal désigne la grenouille, le mot « granouié » devrait donc avoir un rapport avec les grenouilles mais je ne sais pas lequel)
Lacoste : leis uganaud (les huguenots)
Lapalud : lei farda (les fardés, les lavés)
Lioux : lei carbounié (les charbonniers)
Malaucène : lei renegat (les rénégats)
Mazan : lei pinto-gàbi (ceux, celles qui peignent des cages)
Ménerbes : lei devinaire (les devins)
Méthamis : lei manjo-bòchi (les mangeurs de boucs) OU lei badaire (les badauds) {gramaci à Regiolangues}
Monieux : leis estubassa (les enfumés) l’explication historique de ce surnom est que, du temps des guerres de religion, les protestants ont enfumé le village pour obliger les catholiques à sortir de leurs maisons
Monteux : lei granouié (voir Jonquières)
Mormoiron : lei peirardié (ouvriers qui taillent la pierre à fusil) {gramaci à Regiolangues}
Mornas : lei sauto-bàrri (les saute-remparts) Pourquoi ce surnom? Parce que le sire de la ville « le baron des Adrets » prenait plaisir à voir ses prisonniers plonger du haut du rocher sur des piques qui les attendaient + de 100 mètres + bas
Oppède : lei teulissié (les couvreurs)
Pernes-les-Fontaines : lei lanternié (les lanterniers)
Pertuis : lei pas geinat (les sans-gênes)
Piolenc : lei granouié (voir Jonquières)
Rasteau : lei galoupin (les galopins)
Robion : lei manjo-coucourdo (les mange-courges) OU lei troumpaire (les trompeurs)
Sablet : lei rasclet (les pelés, les tondus)
Saignon : lei siblaire (les sifleurs)
Sault : leis estranglo-trueio (les étrangleurs de truie)
Savoillan : lei renegat (les rénégats)
Le Thor : lei manjo-pan (les mange-pain)
Vaison la Romaine : lei cassaire de béùl’oli (les chasseurs d’effraies)
Valréas : lei manjo-mi (les mangeurs de maïs)
Vedène : lei marmitoun (les marmitons) « marmitoun » en provençal peut également vouloir dire galopin ou souillon
Villars : lei manjo-brigadèu (les mange-bouillie)
Villedieu : lei basana (les basanés)
Visan : leis esquicho-sardo (les écrase-sardines)


Happy
Happy
72 %
Sad
Sad
%
Excited
Excited
6 %
Sleepy
Sleepy
%
Angry
Angry
%
Surprise
Surprise
22 %