Aller + loin, Musique Provençale et Occitane

Ma 9ème playlist provençale et occitane

2 0
Read Time:7 Minute, 0 Second

Adessias en tóutei !

« Alors que de nòu encuei ? » Hé bien dans cette nouvelle « tiero musicalo » je vous amène faire un tour au Fort de Bouc, puis à Antibes, dans le Périgord et enfin à Saint-Bertrand-de-Comminges en Haute-Garonne.
Je vous laisse découvrir toutes ces voix et ces chants parfois tristes, parfois joyeux et tous ces chanteurs, compositeurs et interprètes qui se « gangassent » pour que vivent notre langue et notre culture et j’espère que vous prendrez autant de plaisir à les écouter que moi j’en ai à vous les faire découvrir!
Bonne ballade musicale ! 😉

1 – Sam Karpienia – Guilhaume

Alors qu’il n’a pas encore 1 an, Sam Karpienia s’installe à Port de Bouc avec ses parents. La ville étant aux confluents de vagues d’immigrations, il y découvre avec une certaine fascination la culture gitane, le flamenco, mais aussi Youssou N Dour et Bob Marley, révélateurs d’une passion pour la musique et pour le chant. A la fin des années 1980, il rassemble quelques amis pour créer un premier groupe de musique : Kanjar’Oc. En 1994 il quitte le groupe et s’oriente vers la culture occitane.
Plutôt que des influences musicales, Sam Karpienia se trouve à la confluence de plusieurs univers musicaux. Si l’Occitan, et, en particulier, le Provençal ont marqué d’une forte empreinte ses compositions, c’est toujours mêlé de sources variées d’inspirations et de styles musicaux, avec une place particulière pour son amour de jeunesse, le rock. (wikipédia).
Dans mon blog, vous l’aviez déjà entendu avec De la Crau et Gacha Empega mais ici c’est en solo que vous pouvez apprécier sa voix particulière.

ProvençalFrançais
Siam lo més de Mai, solelha la gaug de vieure
A la poncha de l’auba siáu anat en riba de mar
Fa vint e uèch ans que siás vengut au monde
Coma ères bèu brave pichòt que va créisser
En aqueu monde mau endralhat tan joiós o malurós
Vas apprendre lo biais
Vas apprendre Guillaume

Eres encar pichòt partiguè coma fum de palha
Ta maire ti laissè per sempre emé ta sòrre
Sota l’agach de ta grand sostairitz e valenta
Viva la joia e l’estrambord d’amor ne’n manquè pas
Enafogats è plen de gaug coma chivaus desliurats
Corraviatz sus lei ribas de nostre mar Guilhaume

Ara que li siás en preson, plou dintre ieu en raissa
M’en vau festejar teis vint e uèch ans
Li sias au dintre quand raja lo solèu fòra
Fau èstre fòrt coma va siás Guillaume
Siam toei a esperar lo jorn, lo jorn de ta sortida
Festejar encar mai, tot çò qu’avem mancat Guillaume
« Siam a esperar lo jorn Per festajar encar mai »
Nous sommes le mois de Mai, soleil et joie de vivre
Au lever du jour je suis allé au bord de mer
Ça fait 28 ans que tu es venu au monde
Comme tu étais beau brave petit qui va grandir
Dans ce monde mal barré aussi joyeux que malheureux
Tu apprendras la façon de faire
Tu vas apprendre, Guillaume

Tu étais encore petit, elle partit comme un feu de paille
Ta mère s’en alla pour toujours te laissant seul avec ta sœur
Sous l’œil de ta grand mère, protectrice et vaillante
Vive la joie et l’enthousiasme, de l’amour il n’en manqua pas
Pleins de fougue et de joie comme un cheval en liberté
Tu courais sur le bord de notre mer Guillaume

Maintenant que tu es en prison, il pleut des larmes en moi
Je vais fêter tes 28 ans
Alors que tu es dedans alors que le soleil brille
Il faut être fort comme tu l’es Guillaume
On est tous là à attendre le jour, le jour de ta sortie
Pour fêter encore plus tous ce que l’on a manqué Guillaume
« Nous sommes tous à attendre, pour fêter encore plus »

2 – Thomas Bartoccioni – Pesca Pitchoun

On reste près de la mer avec ce morceau chanté en « parler antibois » dont je vous mets ci-dessous quelques explications :
– anar mòdo : aller doucement
– brossin : mélange de fromages pour fabriquer l’appât
– esca : appât
– escavena : coquillage qui sert d’appât
– lo fanau fa lo ròdol : la lumière du fanal fait un cercle à cause de la brume
– fochoirar : harponner
– fragar : bromejar (amorcer l’appât)
– labeg : vent du SO (vent lybien)
– morredur : ver pour l’appât
– pelós : oursin ?
– piada : bigorneau ou bernard l’hermite
– pitar : mordre à l’hameçon
– lo Pontelh : quartier d’Antíbol
– siar : remar en arrièrs
– socar : remar en avant
– Taca d’òli : endrech al bòrd de la mar a Antíbol
J’ai trouvé cette chanson sur cette chaîne YouTube pleine de pépites ! 😉

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   De l'importance de parler une langue "régionale"

3 – Humus Machine – Camina

Voici un groupe périgourdin que j’ai découvert il y a peu et dont le nom, « Humus Machine », met en opposition deux termes représentant la tradition et la modernité. L’humus pour une tradition occitane vieille de plus de mille ans, une culture terrienne dont tout le Périgord rural est empreint (noms de lieux, de familles, etc). La machine pour la modernité, le progrès dans lequel nous évoluons aujourd’hui. Je vous laisse lire la suite de leur présentation sur leur site ici

FrançaisOccitan
Encore une fois où je pars travailler
Encore une fois où je ne pourrai plus rêver
A quoi me sert la vie si elle ne me plaît pas
A quoi me sert la vie, si je la passe à travailler
Pour une pyramide, où je reste tout en bas
Pour une pyramide où je ne veux pas monter
S’il faut toute une vie pour pouvoir y toucher
S’il faut toute une vie pour pouvoir s’abriter

Allons, par les chemins, allons !

La vie est si belle, je ne veux pas la jeter
La vie est si belle, je m’en fous de gagner
Chacun trouve sa drogue, du pouvoir ou de l’argent
Chacun trouve sa drogue, je m’envole aux quatre vents

Allons, par les chemins, allons !

Amour si l’on se marie, ce sera sans le sou
Amour si l’on se marie, nous suivrons le vent des fous
Je travaillerai la terre, quand tu le voudras
Je travaillerai la terre, quand nous serons saoulés

Allons, par les chemins, allons !
Encara un còp de mai onte parte trabalhar
Encara un còp de mai onte podrai pus raibar
De que me serv la vita si ‘la m’agrada pas
De que me serv la vita, si la passe a trabalhar.
A trabalhar
Per una piramida onte reste tot en bas
Per una piramida onte vòle pas montar
Si fau tota una vita per poder i tocar
Si fau tota una vita per poder s’acialar

Anem, per los camins, anem !

La vita es tant polida vòle pas la jetar
La vita es tant polida m’en foti de ganhar
Cadun tròba sa dròga, cadun, de poder o d’argent
Cadun tròba sa dròga, cadun, m’envòle aus quatre vents
Anem, per los camins, anem !

Amor si se maridem, quò sirá sens lo sòu
Amor si se maridem, segrem lo vent daus fòus
Trabalharai la terra quante tu zo vodràs
Trabalharai la terra quand siram sadolats

Anem, per los camins, anem 
!

4 – Vox Bigerri – Be n’èi ua gran tristessa

On termine avec une chanson et une interprétation magnifique à réécouter sans modération.
Voici le site de ce choeur pour + d’infos

FrançaisOccitan (gascon)
J’ai une grande tris­tesse, berger
Elle s’en est allée, moi j’en ai le cœur malade

Par toute la mon­ta­gne, berger
La neige n’est aussi blan­che et les oiseaux ont peur de moi

Mon Dieu, quelle souf­france, berger
Tant la nuit comme le jour, seul comme un fou

Je ne la rever­rai plus, berger
De toute ma vie, je por­te­rai son deuil
Be n’èi ua gran tris­tessa, aulhèr
Era se n’ei anada, a jo me’n sap mau lo còr


Per tota la mon­tanha aulhèr
La nèu non n’ei tan blanca e los ausèths que m’an páur


Mon Diu quina sofrença, aulhèr
Tan la nueit com lo dia, solet autan com un hòu


Non la tor­na­rèi véder aulhèr
De la vita san­cèra, jo que’n por­ta­rèi lo dòu

J’espère que cette playlist vous a plu et qu’elle vous a rendu curieux(se) d’aller voir d’autres groupes, chanteurs, chanteuses en provençal ou d’aller écouter par exemple ma 2ème playlist avec Francis Cabrel.
Dans les commentaires ci-dessous, dites-moi ce que vous avez pensé de ces chansons !

à bèn lèu et apprenez le provençal ! 😉

Happy
Happy
86 %
Sad
Sad
%
Excited
Excited
%
Sleepy
Sleepy
%
Angry
Angry
%
Surprise
Surprise
14 %