Connaissez-vous les 13 desserts du Noël provençal?

Nombre 13 sur une Table

Adessias en tóutei!! Alors que j’écoutais une de mes playlist provençale et occitane, je me disais que je n’avais encore rien écrit sur les habitudes culinaires de ma région. Voici donc un article sur la tradition des 13 desserts encore bien vivace en Provence même si chaque famille a ses propres variantes. En fin d’article, je vous ai mis la vidéo d’une recette de pompe à l’huile !

Origine des 13 desserts

La + vieille mention écrite de cette tradition remonte en 1683. Dans son Explication des usages et coutumes des Marseillais, François Marchetti, curé de paroisse d’un quartier de Marseille, cite (sans les quantifier) les desserts du Noël provençal. Il note les fruits frais et secs et la pompe à l’huile. (Wikipédia)

Mais ce n’est qu’en 1925 qu’on trouve une mention du chiffre 13. Dans un numéro spécial de Noël du journal La Pignato, un écrivain d’Aubagne, le docteur Joseph Fallen, majoral du Félibrige affirme :  « Voici une quantité de friandises, de gourmandises, les treize desserts : il en faut treize, oui treize, plus si vous voulez, mais pas un de moins » (Brigitte Brégeon-Poli, « Va pour treize! »)

Mais pourquoi 13 et pas 12 ou 19 ? Parce qu’il y a 13 convives lors de la Cène, le dernier repas du Christ avant sa crucifixion, les 12 apôtres et Jésus.

Liste des 13 desserts

Attention, cette liste n’est ni définitive, ni exhaustive mais d’après mes lectures et discussions, c’est celle qui fait le + l’unanimité autour de moi !

La base commune, les « indiscutables » :

  • La pompe à l’huile qu’il faut présenter rompue et non coupée au couteau sous peine de se retrouver ruiné(e) l’année d’après! Dans la crèche provençale, elle est amenée par le personnage du « pistachié »
  • Les 4 mendiants ou « pachichoi », qui rappellent la couleur des robes des ordres mendiants :
    Les figues sèches pour les Franciscains
    Les raisins secs pour les Dominicains
    Les amandes pour les Carmélites
    Les noix (ou noisettes) pour les Augustins
  • Le nougat noir
  • Le nougat blanc
  • Les dattes qui sont le symbole du Christ venu d’Orient
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Les 3 livres qui ont changé ma vision du provençal

Les fruits de saison (au choix) :
– « lou verdau » variété tardive de melon
– Les pommes
– Les poires
– Les kakis
– Les mandarines ou clémentines
– Les oranges
– Les châtaignes
Les sorbes (ou cormes)

Kakis sur leur arbre

Les spécialités du coin et/ou faites « maison » (au choix) :
– La pâte de coing
– Les calissons d’Aix
– Les oreillettes
– La tourte aux blettes à Nice
– Les fruits confits à Apt
– Les dragées
– Les raisins suspendus
– La tarte aux noix ou aux pignons
– Les prunes de Brignoles séchées sous forme de « pistoles »
– Les croquants aux amandes

Ce qui est interdit :
– La « bûche » de Noël
– Les fruits dits « exotiques » (l’ananas ou la mangue par exemple)

Exemple de 13 desserts

En suivant les règles précédentes on peut donc imaginer un exemple comme ceci (avec en italique, les desserts au choix) :

  • Pompe à l’huile
  • Raisins secs
  • Noisettes
  • Figues sèches
  • Amandes
  • Nougat noir
  • Nougat blanc
  • Dattes
  • Kakis
  • Pommes
  • Pâte de coing
  • Oreillettes
  • Tarte aux pignons

Autres remarques :
– En général, on boit du vin cuit avec les 13 desserts
– Ils terminent le « gros soupa » en attendant d’aller à la messe de minuit
– Ils doivent rester 3 jours sur la table et chaque convive doit tous les goûter
– Pour une bonne recette de pompe à l’huile, je vous ai trouvé cette vidéo


Si vous voulez en savoir + sur cette tradition, je vous conseille cet article très complet et très intéressant de Brigitte Brégeon-Poli.
Merci à Claude, Mireille, Philippe, Patrick et Henri pour leur aide directe ou indirecte à la rédaction de cet article.

Dans les commentaires ci-dessous, partagez votre liste des 13 desserts et vos recettes, histoire de faire vivre cette tradition! À bèn lèu et apprenez le provençal!! 😉

Père et sa Fille Dans les Bras Previous post L’importance de transmettre la langue « régionale » à vos enfants
Montre au Poignet Next post Comment dire l’heure en provençal ?

  1. Bonne idée, cette liste, Frédéric. Comme c’est important, ces fameux 13 desserts dans le repas de Noël en Provence !
    Il y a quelques années, j’avais fait un peu de collectage chez moi, dans le Var, à Cuers. Une dame m’a expliqué que le nougat, ils le préparaient et le coulaient sur une plaque avant la messe de minuit. Lorsqu’ils en revenaient, le nougat avait eu le temps de refroidir et il était prêt à être dégusté.
    Un truc important, aussi, pendant le réveillon, c’était la bûche de Noël. Non, pas celle qui se mange, celle qui brûle dans le foyer enter Noël et le jour de l’an. Elle doit être allumée par le plus jeune et le plus vieux de la famille et brûler doucement jusqu’au 1er janvier.
    Merci.

    1. Hòu Rogier! Je ne connaissais pas cette manière de faire le nougat! Cette bûche dont tu parles c’est le cacho fiò avec toute une procédure bien particulière et des paroles spéciales à prononcer à cette occasion!

      1. Oou, fan ! Tu le crois, toi ? Pas moyen de retrouver le nom de Cacho fue pendant que je t’écrivais ! Ça doit être l’âge. Ou la fatigue…
        Et les paroles rituelles, c’est « a l’an que ven, se sián pas mai, que sieguen pas men ! »

        1. Cacho fiò, Bouto fiò,
          Alègre ! Alègre !
          Mei bèus enfant, Diéu nous alègre !
          Emé Calèndo tout bèn vèn…
          Diéu nous fague la gràci de vèire l’an que vèn,
          E se sian pas mai, que si(e)guen pas mens !

  2. Merci pour ton article vraiment intéressant. Je m’étais moi même penchée un peu sur le sujet lorsque j’ai fait des mendiants pour les fêtes 😁. Nathalie

  3. Très gouteux cet article 🙂
    Au Japon, on mange un gâteau à la fraise pour Noel = いちごのショートケーキ
    Ça a l’air très bon les 13 desserts.
    Merci

  4. Merci pour ce bel article qui me rappelle mes souvenirs d’enfance, quand ma grand-mère comptait devant nous le nombre de desserts et arrivait bien à treize à mon plus grand bonheur de petite fille gourmande!
    La tradition s’est ensuite un peu perdue mais ton article me donne envie de refaire ce joli décompte! C’est quand même une chouette tradition provençale, faisons-là vivre! 🙂

    1. C’est aussi le but de ce blog, de (re)donner envie à ceux et celles qui le visitent de continuer à faire vivre ces traditions et si en +, on peut faire travailler les producteurs locaux et les artisans boulangers, pâtissiers du coin, ça n’est que mieux! à bèn lèu!! 😉

  5. J’ai eu peur envoyant le nom « pompe à huile » ahah, je ne connaissais pas du tout! À tester 😉

  6. Merci pour ce rappel Fred avant chaque Noël on tente d’énumérer les 13 desserts on récapitule mais il en manque toujours un au moins 😁 voilà je viens de tester la recette de la pompe à l’huile (Un peu plus loin après Toulon ils appellent ça la pompette) étant donné l’heure tardive je n’ai fait qu’une poussée j’attends de voir le résultat 🤨 et pour en revenir à la liste des 13 desserts c’est un peu comme les ingrédients du pan bagnat… Il y a la recette de base et puis les adaptations !! 😄

    1. Exact! Du moment que tu respectes la base, pour le reste tu peux adapter! ! J’espère que ta pompe à l’huile sera bonne! Bouan Nouvè!!;-)

Laisser un commentaire

Menu